Est-ce qu’il mord, ton chien ?

Un homme se rend à l’épicerie du coin.
Devant l’entrée, un jeune garçon attend patiemment, assis sur le trottoir.
Avec un énorme chien à côté de lui.
L’homme s’approche et demande:
« Salut fiston. Est-ce qu’il mord, ton chien ?
— Non m’sieur, mon chien il mord pas », répond le gamin.
Alors l’homme tend sa main pour caresser le molosse…
… qui lui arrache la moitié du bras !
Furieux, l’homme se tourne vers l’enfant:
« Mais tu m’avais dit que ton chien ne mordait pas !
— Ce n’est pas mon chien, m’sieur. »
Dans cette histoire comme dans ton business, la qualité de tes questions détermine la qualité de tes réponses.
Si tu te poses la question: « Est-ce que je vais y arriver ? », tu es à côté de la plaque.
La réponse sera: « oui, non, ou peut-être »
Mais si ta question est: « Comment est-ce que je peux faire pour y arriver ? »
Ta réponse sera totalement différente !
Et beaucoup plus pertinente.
Cela vaut aussi quand tu es en train de closer un prospect.
Une fois, j’ai signé un contrat pour mon taff de commercial…
… avant d’apprendre que le client en question était sous tutelle.
Sachant que cela aurait pu me coûter deux ans de prison pour abus de faiblesse, je suis retourné le voir:
« Mais pourquoi est-ce que vous m’avez pas dit que vous étiez sous tutelle ?!
Il me répond:
— Parce que vous ne me l’avez pas demandé »
La qualité de tes questions détermine la qualité de tes réponses.
Oublie la question: « Pourquoi est-ce que personne ne veut rejoindre mon MLM ? » 
Demande-toi plutôt: « Qu’est-ce que je peux faire pour être plus attractive ? Pour améliorer mon message ? »
La réponse ?
Fais les choses différemment.
Si tu fais ce que tu as toujours fait, tu auras les résultats que tu as toujours obtenus.
Et je te garantis que tu n’as jamais essayé le Funnel Network !
La question n’est pas de savoir « si ça marche ».
La question c’est: « est-ce que je vais le faire fonctionner, pour moi aussi ? »
Question erronée: « est-ce que je vais y arriver ? »
Question juste: « est-ce que je suis prêt à passer ma prochaine position dans mon marketing de réseau ? »
Et si tu te demandes carrément comment le Funnel Network peut t’aider…
Je t’invite à jeter un oeil ou deux à cette page:
À tout de suite de l’autre côté
Meryl
PS: tu as manqué mes mails de la semaine dernière (ou tu as la flemme de les rechercher dans ta boîte de réception) ? Pense à faire un tour sur mon blog. C’est là-bas qu’ils finissent leur voyage: https://merylcamus.fr

Comment regarder les gens dans les yeux

Quand je parle de persuasion, ou de vente en face à face


Il y a souvent deux conseils que je répète:


  1. Sourire
  2. Regarder dans les yeux


Seulement, beaucoup de gens ont du mal à tenir le regard de leur interlocuteur.




Ils ne savent pas forcément pourquoi.


Un mélange de peur. De honte. Peut-être un manque d’estime de soi.


En tout cas ce n’est pas toujours une sensation agréable.




Quand ils en prennent conscience ?


C’est pire !


“Est-ce que je dois regarder l’oeil gauche ? L’oeil droit ? Ou les deux en même temps ?”


Ça n’a rien de naturel, et c’est assez… gênant.




Peut-être que tu fais partie de ces timides des yeux ?


Tu sais que ça ne peut pas durer


Parce que tu renvoies l’image de quelqu’un qui manque de confiance.


Au contraire, tu veux prouver ta sincérité en regardant les gens dans leurs yeux


Sans avoir l’air méchant ou provocateur…




La bonne nouvelle ?


C’est que j’ai justement réalisé une vidéo qui te donne un super exercice pour améliorer tout ça.




Elle date un peu, mais c’est l’une des vidéos les plus vues de ma chaîne.


Je me suis dit que ça t’intéresserait.

Comment regarder les gens dans les yeux

Bon visionnage !
À demain

 

Tout ça… Pour ça ? (marre)

Un soir d’hiver, quelque part en Picardie.

Je prends la voiture et je roule 1h pour rejoindre une réunion de MLM.


J’y vais présenter les produits et l’activité pour mon nouveau couple de distributeurs.


La table est bien dressée

La playlist chill tourne en fond sonore

Le powerpoint est prêt…


Bref tout est parfait.

Ou presque.


Le seul détail ?

Sur les 10 prospects attendus…

Il n’y en a que 2 qui se pointent.


(dont 1 qui croyait que c’était pour un apéro)


Autant dire que ça n’a pas été la soirée la plus productive de ma carrière.

Je suis reparti avec un « non » et un « je veux y réfléchir »

Traduction ?

Deux refus.

Et je suis reparti dans ma petite Clio 2

Pour 60 minutes de route sous la neige.


Cette histoire te semble familière ?


Trop familière ?

Sache que tu n’es pas le seul.


C’est arrivé à des dizaines de mes collaboratrices.

C’est presque un passage obligé pour les nouveaux MLMers.


Mais est-ce que ça doit forcément continuer ?

Non.


J’ai sacrifié tellement de soirées.

Obnubilé par mon projet…

Et j’ai fourni tellement d’efforts

Souvent dans le vide

Que ça m’a dégoûté du MLM.


En tout cas de ce genre de fonctionnement.


La solution ?



Plutôt que d’inviter des prospects

Et de tout faire pour qu’ils viennent à une réunion / un Zoom / un Hotel meeting etc.

Alors qu’ils n’ont franchement rien demandé…


Tu vas faire en sorte que ce soit eux qui crèvent d’envie d’en savoir plus !

C’est eux qui vont postuler

Et prendre rendez-vous pour que TU leur expliques ce que tu proposes.


Le mieux dans tout ça ?

C’est qu’ils ne vont pas t’embêter avec des questions de noob…

(« Pourquoi il faut payer pour travailler ? », « Est-ce que c’est un système pyramidal ? » …)

Au contraire, ils vont venir avec des questions pertinentes.


Sur la posologie des produits,

Sur les détails du plan de rémunération

Et avec THE unique question qui leur brûlera les lèvres:

« Comment ça se passe pour démarrer ? »


Ca m’est arrivé encore il n’y a pas si longtemps.

Grâce au système que j’ai mis en place.


Moi ?

Je n’ai rien inventé.

J’ai juste pris ce qui fonctionnait ailleurs,

Et je l’ai importé dans le monde du MLM.


Je t’en dis plus ici:


Profites-en tant que nous sommes encore en pré-lancement.

Après le prix reviendra à son tarif initial.


À très vite,

Meryl

Peut-on tout automatiser ?

Suite à un sondage dans ma story Instagram, j’ai reçu la question suivante:

« Qu’est-ce qu’il n’est pas possible d’automatiser ? » 


​Je trouve que c’est un point intéressant.
Lorsque l’on créé un business en ligne…
Quand on construit un tunnel de vente…
Ou même lorsqu’on développe une organisation MLM…
On est rapidement tenté de tout automatiser.
Pour vivre le « Beach Money »
Et gagner de l’argent sous les cocotiers.
Sans rien faire.
Je vais te dire une chose:
Si tout était automatisé…
Je me ferais rudement chier.
Vraiment !
La plage ça va cinq minutes (ou cinq jours)
Mais le vrai épanouissement, c’est quand on apporte quelque chose.
Gary Vaynerchuck dirait:

Love the grind

(aime faire le taff)
Pourtant, on ne peut pas atteindre un certain niveau de réussite professionnelle sans automatiser.
On n’a que 24 heures dans une journée: on ne peut pas être partout.
Donc on peut déléguer des tâches à des prestataires (comme les campagnes de pub)
Laisser la pub facebook prospecter pour nous
Laisser le tunnel de vente convertir ces prospects
Recruter des commerciaux pour closer la vente
Avec les bonnes ressources et la bonne équipe, on peut quasiment tout automatiser…
Mais voici ce qu’on ne peut PAS automatiser:

Les rapports humains.

Tu peux faire démarrer un nouveau partenaire dans ton opportunité marketing grâce aux outils…
Mais tu ne peux pas devenir son ami de manière automatique
Tu peux laisser les autres répondre aux questions de ton partenaire…
Mais tu ne peux pas obtenir le crédit, ni sa reconnaissance
Pour moi, le business, c’est un échange entre deux humains.
C’est en gardant ça à l’esprit que j’ai construit mon programme Funnel Network

Je t’y montre tout de A à Z:

  • Comment construire ton tunnel de vente
  • Comment mettre en place un système d’emailing
  • Comment attirer du traffic vers ton offre
  • Comment automatiser le tout
Mais malgré ça, j’insiste sur deux points essentiels:
  • Tu dois être présent pour inscrire ton client ou partenaire
  • Tu dois être présent pour lui une fois sa commande passée
Funnel Network n’enlève pas le côté humain du marketing relationnel.
Son but est simplement d’aider les gens à entendre parler de ce que tu proposes.
Et d’aboutir à une conversation pertinente entre toi et ton prospect.
Le reste ?
C’est à toi de le construire.
Je ne peux pas forcer les gens à t’apprécier et à t’être reconnaissant.
Mais si tu as les bonnes valeurs…
Je suis certain que ça sera le cas.
Et même si on peut automatiser la RENCONTRE…
 
On ne peut pas automatiser la RELATION qui s’ensuit.
À demain,
Meryl
PS: si tu es conscient que tu ne pourras pas tout automatiser à 100%, mais que tu as tout de même envie que tes prospects viennent à toi plutôt que d’avoir à les chercher… Alors je t’invite à rejoindre Funnel Network tant que nous sommes en pré-lancement, en cliquant sur ce lien: https://www.funnel-network.com

PPS: si toi aussi tu veux interagir, tu es le bienvenu sur mon compte Instagram: https://www.instagram.com/merylcamus

Kanku-dai !

En japonais, Kanku signifie: « Regarder le ciel » et Dai: « grande forme » .

C’est aussi le nom du kata que je travaille en ce moment à mes cours de karaté.

(il figure sur la liste des kata à connaître pour l’obtention du 2ème dan)


Un kata, késako ?


Pour les non-pratiquants, un kata est quelque chose qui peut paraître très… abstrait.

Pour faire simple, c’est un schéma de combat virtuel chorégraphié, contre un ou plusieurs adversaires, sous des angles différents.

C’est donc une suite de mouvements qui s’exécute en solo, toujours de la même manière.

Dans les arts martiaux traditionnels, ces enchaînements immuables ont pour but de transmettre l’essence et le style de la discipline.


Mon défi ?


Apprendre et mémoriser la suite de mouvements du kata Kanku-dai.

Ensuite ?

Le pratiquer.

Pour ancrer les enchaînements dans la mémoire de mon corps.

Puis connaître l’interprétation de ce kata. Comprendre comment ils peuvent se matérialiser dans un combat réel.

(un peu comme analyser toutes les interprétations d’une poésie datant de plusieurs siècles…)

Enfin ?

Rectifier les moindres détails, et « vivre » le kata jusqu’à se rapprocher de sa maîtrise.


Aujourd’hui…

Je connais ce kata.

Intellectuellement.

Je sais que je dois réaliser tel coup de pied à tel moment…

Puis tel blocage…

Pour enfin porter un coup avec un dégagement extrême d’énergie…

Mais est-ce que je connais réellement Kanku-dai ?

La réponse est non.

Je ne suis pas encore capable de le reproduire les yeux fermés.

Je devrais pouvoir me lever au milieu de la nuit

Et réussir à l’exécuter presque inconsciemment.

En plus…

J’ai besoin de réfléchir pour expliquer la raison de chacun des mouvements.

Mais je sais qu’à force de pratique et de répétition

Je pourrai m’approprier ce kata

Et le présenter à l’examen du prochain grade.


Quant à ton business…

C’est la même chose.

Tu sais probablement de plus en plus de choses dans ton domaine.

Mais est-ce que tu as l’expérience ? La maîtrise ?


Tu sais qu’il est bon de se lever de bonne heure pour pratiquer le Miracle Morning…

Mais est-ce que tu le fais ?

Tu sais comment inviter une personne à rejoindre ton entreprise de marketing de réseau…

Mais est-ce que tu es capable de faire une bonne invitation, maintenant, sans échauffement ?

Est-ce que tu as spontanément réponse à toutes les objections les plus fréquentes ?

Est-ce que tu es une ceinture noire 3ème dan du closing ?

Tu sais que pour t’enrichir, tu dois gagner plus d’argent que tu n’en dépenses…

Est-ce que c’est bien ce que tu fais ?


Un sage, un jour, a dit:

« Connaître et ne pas faire, ce n’est pas connaitre »


Oublie ce que tu sais.

Et commence à implémenter.

À gagner en expérience.

Jusqu’à ce que cette compétence fasse partie de toi.


Tout comme Kanku-dai.


Et si tu veux potasser mes mails précédents…

Ou si tu les as manqués…

Bonne nouvelle.

J’ai décidé de les mettre en ligne sur mon blog.

Histoire que mes petits conseils ne disparaissent pas totalement dans la nature…


Retrouve mes astuces marketing, vente, MLM et développement personnel directement ici:


(et clique sur l’onglet « Blog » )


À très vite,

Meryl

Lève-toi tôt, et lis

Suite à mes mails au sujet de QLRR Live (Quitter La Rat Race) auquel j’ai participé ce mois-ci, voici un mail que j’ai reçu:
J’ai pris le soin de lui répondre en privé.

Mais je me suis dit: autant que tu en profites aussi !

Alors déjà, je sais que beaucoup de décisions se prennent lors de ce genre de séminaires.

Qu’on en ressort avec une volonté ferme d’atteindre nos buts.

Donc si j’ai donné envie à certains d’entre vous de participer au prochain QLRR…

… je suis d’avance ravi de contribuer à votre changement de vie !


Dans ce mail, notre ami nous parle aussi de Miracle Morning.

Si ça ne te dit rien, le concept consiste à se lever 1h plus tôt le matin pour accomplir les choses réellement importantes pour toi.

Et d’installer une routine bénéfique sur le long-terme
(sport, méditation, lecture, etc.)

J’avoue que j’ai un peu délaissé cette méthode dernièrement.

Mais j’ai quand même conservé l’habitude de lire et de me former 30 à 60min par jour.

La méditation ?
Je ne la pratique pas tous les jours, mais cela me sert dans des circonstances particulières.

Le sport ?
2 séances de karaté par semaine, baby !
+1 séance de musculation au poids de corps quand je suis discipliné.

L’écriture ?
Je me suis mis à t’envoyer mes petits conseils MLM / Vente / Marketing.
Ca t’apporte de la valeur tous les jours, et c’est aussi un excellent exercice pour moi.

Pour ce qui est de se lever tôt, j’ai encore un peu de travail devant moi…

Mais j’ai supprimé le réveil pour me lever le plus naturellement possible…
Et ça c’est COOL !

Si tu veux en savoir plus sur le Miracle Morning, je t’invite à zieuter le livre:



Bon, qu’est-ce qu’il y avait ensuite dans le mail ?

Les livres finances/immobilier.

Ici, tout dépend de tes projets personnels.

Mais voici 3 livres que je te recommande de lire si le sujet t’intéresse:


#1 Père Riche, Père Pauvre (de Robert Kiyosaki)

Le best-seller de l’éducation financière.

Techniquement, je lui préfère sa suite: « Le Quadrant du Cashflow ».

Mais c’est un sujet pour un autre jour



#2 Adieu Patron (Romain Caillet)

Ce que j’aime dans ce livre, c’est qu’il t’enlève tes croyances limitantes sur l’immobilier.

Et il t’explique dans un langage simple comment procéder pour obtenir tes premiers biens.

Bref, une excellente base, très accessible.



#2 ex-aecquo: comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1750€, sans connaissances en immobilier ni aide particulière et avec pour capital de départ… 1000€ ! (Goulwenn Tristant). Explicite, non ?



#3 Tout le monde mérite d’être riche – Spécial Immobilier (Olivier Seban et Entrepreneurz)

La grosse particularité de ce livre ? C’est une BD !

La première bande-dessinée sur l’investissement et l’immobilier.

Ça peut sembler puéril de prime abord… Mais c’est en fait un excellent moyen de débuter !

Concret, ludique… À ne pas sous-estimer




Ok, je pense qu’on a vu assez de choses pour aujourd’hui.

Un conseil pour résumer ?

Lève-toi (tôt) et lis ! 😉


Si tu as d’autres questions que dont tu voudrais que je parle ici

Laisse-le moi savoir en répondant à ce mail

(pour l’instant, je les lis tous et j’y réponds à tous moi-même :D)

Excellente lecture d’ici là.

À demain,

Meryl


PS: la plupart des liens contenus dans ce mail sont des liens affiliés. C’est-à-dire que je toucherai un petit quelque chose si tu passes par eux pour ta commande. Alors… Merci 🙂

Comment vendre avec les histoires

Facts tell, stories sell


Ou, pour ceux qui n’avaient pas Anglais en LV1:


Les faits expliquent, mais ce sont les histoire qui vendent




Cette formule marketing est presque un proverbe.


Et c’est pour ça que depuis 3 jours, je te parle d’histoires.




Le but ?


Que tu aies élaboré ton histoire originelle et des témoignages pour appuyer ton produit.


Je sais que tu n’as pas réellement fait cet exercice.


Ou alors c’est que tu es très zélé (merci)


Mais si tu ne devais retenir qu’une chose de tout ça…


Facts Tell, Stories Sell.




Aujourd’hui je te parle du troisième type d’histoire que tu devrais maîtriser.



3. L’ANALOGIE




Pour info, une analogie, c’est une figure de style basée sur la ressemblance entre deux choses différentes.


Une métaphore. Une comparaison.




Bref c’est l’histoire qui va te permettre de marquer un point.



D’illustrer un argument.


De clarifier ta proposition dans l’esprit de ton prospect.




Quand j’étais en Terminale L, mon prof de lettres me rabâchait toujours la même chose dans mes dissertations:


Idée – Argument – Exemple


C’est comme ça que ça fonctionne.


D’abord tu exprimes ton idée:


Idée: « Tu devrais boire du citron tous les matins, à jeun »


Ensuite, tu élabores avec des arguments pertinents.


Argument: « Contrairement à son goût, le citron n’est pas acide, mais au contraire, alcalin – et c’est donc un excellent aliment pour rendre ton corps plus basique et solidifier ton système immunitaire »


Et enfin, histoire que ce soit bien clair dans l’esprit de ton interlocuteur (ou de ton correcteur…)


Tu utilises un exemple:


«  C’est comme si ton corps était une étendue d’eau. Trop d’aliments acides en feront un marécage, et suffisamment d’aliments alcalins en feront un lac étincelant »




Ça, cette histoire de marécage…


Et bien c’est une analogie.




Toujours pas convaincu de prendre des citrons le matin ?


Ehh. On peut sûrement mieux argumenter…


Mais l’idée est là.




Les histoires, les images, les exemples etc.


… Permettent de mieux faire passer tes idées.




En ce moment, je m’efforce d’utiliser le plus d’images possibles.


Par exemple, j’utilise plusieurs analogies pour montrer que mon programme Funnel Network est 3.0.




Comment expliquer que les techniques de prospection utilisées aujourd’hui sont dépassées ?


« C’est comme vendre des walkman à des utilisateurs de Spotify »


Comment dire qu’exceller avec une méthode obsolète, ça ne sert à rien ?


« Tu peux gravir les échelons à toute vitesse, cela ne te mènera à rien si ton échelle est adossée sur le mauvais mur ! »




Mieux ?


Si tu as l’occasion de raconter une véritable histoire, avec une morale…


Alors tu as toutes les chances de faire passer tes idées comme une lettre à la poste.


Ce n’est pas un hasard si tout le monde se souvient des fables de La Fontaine.




Maintenant récapitulons, juste deux secondes…




Suite au discours de David Laroche à l’événement QLRR, j’ai voulu te parler un peu de story-telling.


On a vu ensemble trois types d’histoires que tu devrais absolument maîtriser:


1. Les histoires originelles


2. Les témoignages


3. Les analogies




J’espère que ce sujet t’a plu (c’était pas prévu que j’y passe trois mails)

Laisse-le moi savoir en répondant à cet email.

Sens-toi libre de me proposer d’autres sujets que tu voudrais que j’aborde 😉 (cette newsletter est pour TOI avant tout)



Et n’oublie pas:


FACTS TELL, STORIES SELL




À demain,


Meryl






PS: Si cette séquence de story-telling t’a plu, alors bonne nouvelle !


Je te montre comment construire une histoire percutante dans le premier module de Funnel Network.


La formation est encore disponible au prix de pré-lancement.


Ça ne durera pas, alors profites-en (vraiment).


Tu peux la retrouver ici: https://www.funnel-network.com/

Comment utiliser les témoignages à ton profit

On est lundi 29 octobre.



Et tu sais en quoi cette date est spéciale ?


Parce que c’est la journée officielle du story-telling !


(non, c’est faux. Mais j’avais promis de t’en parler dans ce mail, donc…)


La dernière fois, je t’ai invité à écrire ton histoire originelle.

Ta story à toi.

Celle qui fait que tes clients s’attachent à ta personnalité

Et s’intéressent à ce que tu proposes.


Aujourd’hui, je vais te donner le deuxième type d’histoire que tu devrais avoir dans ton sac…


Histoire n°2: LE TEMOIGNAGE

Quelle est la première chose que tu fais quand tu commandes un livre sur Amazon ?

Tu lis les commentaires client.

Quand tu t’achètes un nouveau jeu vidéo ?

Tu lis le test sur jeuxvideos-point-com.

Quand tu vas voir un film au cinéma ?

Tu lis les critiques.

Produits cosmétiques ?

Groupes Facebook.

Fournisseur d’énergie ?

Forums.

etc.


Est-ce que j’ai besoin d’aller plus loin ?


À moins d’être un consommateur solitaire

Avec une forte confiance en son discernement…

Tu vas demander des avis.

Et même si tu fais partie de cette dernière catégorie…

Tu fais partie d’une minorité

Mais pas tes clients.


En marketing, on appelle ça:

Le social proof

(ou « preuve sociale » en français)


Ça me fait penser à une vieille caméra-cachée

Où un parfait inconnu signait des autographes à une foule de complices.

Qu’est-ce qui se passait ensuite ?

Les gens se ruaient pour prendre une photo avec lui.

Et quand on leur demandait de quelle célébrité il s’agissait…

Ils n’en avait évidemment pas la moindre idée !


Ce canular illustre parfaitement le pouvoir du social proof.

Et je t’invite à connaître des histoires qui utilisent ce procédé.

En clair ?

Des témoignages.


Ton histoire sur comment ton opportunité a changé ta vie.

Ou sur comment ce produit X t’a permis d’obtenir les résultats Y.

Construis ton témoignage.


Mieux ?

Collecte le témoignage des autres.


Tu sais, avant que je n’obtienne ma crédibilité dans le monde du marketing de réseau…

J’utilisais les histoires de mes partenaires.


Comment Alex avait fait fortune à 23 ans.


Comment la maman d’un pote avait perdu 10kg en trois mois, sans sport, grâce à mes produits, etc.


Ta mission aujourd’hui, si tu l’acceptes…

Construis 2 ou 3 histoires-témoignages.


Et si tu n’en as pas ?

Va les chercher chez les autres.

N’oublie pas que ce sont les histoires qui vendent.

Les histoires auxquelles tes futurs clients peuvent s’identifier.

Ils doivent pouvoir se dire:

« Il était comme moi (point A) et il a obtenu ce que je veux (point B) »


Ce pont ?


Ce sont tes histoires.


Et tes témoignages.


Quant à moi ?

Si tu veux découvrir une paire de témoignages au sujet de mes prestations…


Alors je t’invite à les retrouver ici:



Et demain, je te parle du troisième type d’histoire qui te permettra de faire décoller tes ventes.

Meryl

Convaincre avec son histoire

Hier, je t’ai parlé du story-telling.


Ou l’art de raconter des histoires.



Pour enseigner.


Pour persuader.


Mais aussi et surtout…


Pour vendre.






D’ici les prochains jours, je vais te donner 3 types d’histoires que tu devrais compter dans tes munitions.


On va commencer aujourd’hui avec le premier type d’histoire:







Histoire n°1: L’HISTOIRE ORIGINELLE






Autrement dit, TON histoire.


Les gens adorent les histoires « origines ».


X-Men Origins.
La Planète des Singes: Les Origines.
Man of Steel
Batman Begins…


Tu te souviens de ces films ?


Leur succès…
C’est parce qu’ils racontent les débuts de nos héros préférés.


Toi aussi tu dois élaborer ton histoire originelle.


Ta story.


Typiquement, ton histoire doit faire écho avec les problèmes de tes clients.


Elle doit expliquer comment tu es parti d’un point A
Comment tu as eu un élément déclencheur.
Et comment tu es arrivé au point B.


Peter Parker, étudiant lambda (point A), se fait piquer par une araignée radioactive (déclencheur) et devient Spider-Man (point B).


Eden Light, étudiant lambda lui aussi (point A), récupère un cube étrange et se retrouve capable de lire dans les pensées (déclencheur). Il se sert de ses dons pour traquer un criminel insaisissable (point B).


Ce scénario te dit rien ?


C’est parce que c’est le synopsis de mon roman
(placement de produit)


Mais j’y reviendrai une autre fois 😄






Autre exemple d’histoire originelle:


J’étais un étudiant (encore un !) frustré, déprimé et désorienté (point A). Alors un ami m’a présenté le marketing de réseau (déclencheur) et je suis devenu une personne plus confiante, j’ai voyagé dans dix pays en deux ans et j’ai atteint le top de ma compagnie (point B).


C’est l’histoire que j’utilise quand je promeus le MLM.






Une dernière pour la route ?


En 2015, je n’en pouvais plus de sacrifier ma vie personnelle pour le MLM, et je n’avais plus envie de participer à la chasse aux prospects avec des gens qui n’avaient souvent pas la motivation nécessaire pour réussir (point A).


Mais en étudiant le marketing en ligne, j’ai compris qu’il existait des systèmes qui permettaient d’attirer les prospects à soi et de rendre les choses plus simples (déclencheur).


Depuis, je suis contacté tous les jours par des candidats motivés qui veulent en savoir plus sur ce que je propose – et je diffuse un programme de formation qui explique comment en faire de même (point B).


Cette fois-ci, c’est l’histoire que j’utilise pour parler de Funnel Network.






Tu vois ?



Tu peux utiliser une histoire pour tout.


En fait,


Je te recommande d’avoir une ou deux histoires de disponibles pour partager ce que tu fais.


Que tu vendes un produit de bien-être, une opportunité MLM, des contrats en porte à porte, des programmes en ligne ou de la lingerie fine dans un centre commercial…


Tu as besoin d’une histoire originelle.


C’est grâce à celle-ci que tes prospects s’identifieront à toi.


Et s’ils s’identifient à toi, ils voudront adopter TA solution.


Donc je t’invite à réfléchir à ta propre histoire.


La manière dont tu racontes ton passé = la manière dont les autres la raconteront


Alors… Quelle est TON histoire ?






Demain, c’est jour du Seigneur.


Donc tu ne recevras pas d’email de ma part.


En revanche lundi…


Je te parlerai du deuxième type d’histoire que tu dois absolument avoir sous le coude.






À très vite,


Meryl






PS: le story-telling, j’en parle en détails dans le tout premier module de Funnel Network. Si tu veux voir le programme et démarrer ta formation, toutes les infos sont ici: https://www.funnel-network.com

Comment inspirer: le secret de David Laroche

Je vais te révéler le secret de David Laroche.

Celui qu’il nous a transmis lors de sa conférence à QLRR Live
(dont je te parle depuis quelques temps…)

Tout commence avec un de ses proches amis.

À 20 ans, il apprend qu’il est victime d’une maladie dégénérative.
D’ici quelques années, il ne pourra plus courir.

Puis il ne pourra plus marcher.

Et plus écrire…

En tant que coach et expert en PNL, David ne peut pas le laisser dans cet état.

Même si la maladie est irréversible, il y a forcément un moyen de l’aider à aller mieux.

D’accomplir des choses.

Et de profiter de la vie.

Mais David se heurte à un mur:

Impossible de motiver son ami.

Il a beau utiliser toutes les techniques d’influence, de motivation et de psychologie…

Rien n’y fait, et le malade ne retrouve pas l’espoir.

Soucieux de ne pas laisser son ami sombrer, David se creuse la tête.

« J’ai utilisé tout ce que je savais, comment est-ce que je peux l’aider à aller mieux ? »

Un beau jour, il comprend.

Il rend visite à son ami, et lui raconte l’histoire d’un homme malade qui avait repoussé la maladie, par sa force de caractère et sa joie de vivre.

Il n’en faut pas plus au malade pour réaliser qu’il lui reste encore de nombreuses choses à accomplir

Et reprendre goût à la vie.

En 20 minutes, l’histoire de David avait porté plus de résultats que ses six derniers mois d’efforts à essayer de le stimuler.

Qu’est-ce qui a changé ?

Le pouvoir des histoires.

Le secret de David Laroche, c’est que les histoires ont le pouvoir de véhiculer des émotions.

Elles ont le pouvoir de non seulement motiver les gens…

Mais surtout des les inspirer !

Il s’est rendu compte qu’il utilisait fréquemment le « story-telling » quand il s’agissait de vendre ses programmes

Ou de former son public

Mais il ne l’avait pas utilisé pour inspirer son ami.

La clé réside dans les histoires.

Ce que je retiens de cette conférence, ce n’est pas tant l’importance du story-telling

(j’en étais déjà conscient, même si la piqûre de rappel ne fait pas de mal)

C’est surtout la différence entre la motivation et l’inspiration.

Tu peux essayer de motiver quelqu’un, et il sera enthousiasmé quelques heures.

Ou alors…

Tu peux inspirer quelqu’un, et le laisser créer lui-même sa source inépuisable de motivation.

Toi-même, tu dois être tellement inspiré que tu n’as pas besoin de motivation:

Elle vient naturellement.

Tu dois être tellement inspiré, et passionné par ta mission…

Que tu dois en oublier de manger si on ne te le rappelle pas

(ça, je trouve que c’est un excellent indicateur)

Personnellement, j’ai tendance à grignoter quand je m’ennuie…

Mais je peux rester des heures sans rien manger si je suis extrêmement concentré sur ma tâche

Et qu’elle contribue à ma mission.

C’est mon message pour aujourd’hui:

Arrête de manger !

Attends… Non.

Sois inspiré* !

Et si tu as du mal à trouver ta mission de vie…

Si tu ne te sens pas motivé au quotidien

Et que tu as besoin d’être guidé pour trouver l’inspiration

Alors tu peux cliquer sur ce lien et postuler pour séance de coaching avec moi


J’ai moi-même mis des années avant de trouver ce que je voulais faire.

J’ai même fait Sciences Po… Juste parce que je ne savais pas quoi faire d’autre !

Et ensuite, j’ai trouvé.

Et pour ça, j’ai suivi un processus.

La séance se déroule par visio-conférence, 30min avec moi.

Et à la fin, je te fournis l’enregistrement du coaching + un Plan d’action personnalisé au format PDF pour que tu puisses te concentrer sur l’instant présent sans avoir à prendre de notes.

Habituellement, je facture 97€ la demi-heure.

Mais pour celles et ceux qui réservent un coaching

Aujourd’hui seulement

C’est offert.

Sans déconner.

Tu peux réserver jusque dans 8 jours

Mais ça ne te coûtera pas un centime, pourvu que tu bookes ta réservation avant ce soir, minuit.

Clique ici pour réserver ta séance offerte par la maison

Et trouvons ta mission de vie, ensemble:


À très vite